Polychimiothérapie suivie d'une greffe de cellules souches périphériques dans le traitement de jeunes patients atteints d'un médulloblastome à risque élevé ou d'une tumeur neuroectodermique primitive sus-tentorielle nouvellement diagnostiqués

Titre officiel

Essai randomisé de phase III portant sur le traitement du médulloblastome à risque élevé et des TNEP sus-tentorielles nouvellement diagnostiqués chez des enfants de moins de 36 mois au moyen d'une chimiothérapie d'induction intensive avec du méthotrexate suivie d'un traitement de consolidation avec greffe de cellules souches en rattrapage vs le même traitement sans méthotrexate

Sommaire:

JUSTIFICATION : Les médicaments utilisés pour la chimiothérapie agissent de différentes façons pour empêcher les cellules tumorales de se multiplier, soit en les tuant soit en les empêchant de se diviser. L'administration de plus d'un médicament (polychimiothérapie) associée à une greffe de cellules souches périphériques pourrait permettre de donner plus de chimiothérapie et ainsi de tuer davantage de cellules tumorales. On ignore encore quel schéma de polychimiothérapie est le plus efficace quand il est administré avant la greffe de cellules souches périphériques dans le traitement des tumeurs neuroectodermiques primitives sus-tentorielles ou du médulloblastome.

BUT : Cet essai randomisé de phase III vise à comparer l'efficacité de deux différents schémas de polychimiothérapie administrés avant une greffe de cellules souches périphériques dans le traitement de jeunes patients atteints d'une tumeur neuroectodermique primitive sus-tentorielle ou d'un médulloblastome à risque élevé dont le diagnostic est récent.

Description de l'essai

Critère d'évaluation primaire :

  • Réponse complète établie par la mesure tridimensionnelle de la tumeur
Critère d'évaluation secondaire :
  • Délai avant l'échec du traitement

OBJECTIFS :

Primaire

  • Déterminer si des enfants ayant reçu un diagnostic récent de médulloblastome à risque élevé ou de tumeur neuroectodermique primitive sus-tentorielle du système nerveux central (SNC) et traités par une polychimiothérapie d'induction intensive par la vincristine, l'étoposide, le cyclophosphamide et le cisplatine en association avec du méthotrexate à forte dose et de la leucovorine calcique, suivie d'une chimiothérapie de consolidation comprenant du carboplatine et du thiotépa et d'une greffe de cellules souches périphériques comme traitement de rattrapage, présentent un taux de réponse complète plus élevé que les patients recevant ce même schéma thérapeutique sans méthotrexate à forte dose ni leucovorine calcique.

Secondaires

  • Déterminer si la caractérisation biologique de ces tumeurs permettra d'affiner la stratification thérapeutique entre les tumeurs tératoïdes rhabdoïdes atypiques et les tumeurs neuroectodermiques primitives (TNEP) et éventuellement d'identifier d'autres marqueurs utiles à la stratification à l'intérieur du groupe des TNEP.
  • Comparer la survie sans événement et les profils d'échec chez les patients traités par ces schémas.
  • Comparer les effets aigus, chroniques et tardifs de ces schémas, en particulier la tolérance au même schéma de consolidation après le traitement par 2 schémas d'induction différents, chez ces patients.
  • Comparer la toxicité de ces schémas sur les fonctions gastro-intestinales et nutritionnelles chez ces patients.
  • Comparer les effets de ces schémas thérapeutiques sur la qualité de vie des patients.
  • Comparer les effets neuropsychologiques de ces schémas chez ces patients.

APERÇU :

Il s'agit d'une étude randomisée multicentrique. Les patients sont stratifiés en fonction du diagnostic (médulloblastome à risque élevé vs tumeur neuroectodermique primitive sus-tentorielle).

  • Traitement d'induction : Les patients sont répartis de façon aléatoire dans l'un des deux groupes de traitement d'induction.
    • Groupe I : Les patients reçoivent de la vincristine par voie IV les jours 1, 8 et 15; de l'étoposide IV pendant 1 heure les jours 1 à 3; de la cyclophosphamide IV pendant 1 heure les jours 1 et 2; du cisplatine IV pendant 6 heures le jour 3 et du filgrastim (G-CSF) par voie IV ou sous-cutanée (SC) à partir du jour 4 et jusqu'à ce que les numérations globulaires soient remontées. Le traitement est répété toutes les 3 semaines pendant 3 cycles en l'absence de progression de la maladie et d'effets toxiques inacceptables.
    • Groupe II : Les patients reçoivent de la vincristine IV les jours 1, 8 et 15; du méthotrexate IV à forte dose pendant 4 heures le jour 1; et de la leucovorine calcique par voie IV ou orale toutes les 6 heures à partir du jour 2 et jusqu'à ce que les taux de méthotrexate se situent dans une plage sécuritaire. Une fois que les taux de méthotrexate sont aux niveaux voulus, les patients reçoivent de l'étoposide IV pendant 1 heure une fois par jour pendant 3 jours et de la cyclophosphamide IV pendant 1 heure une fois par jour pendant 2 jours, suivis de cisplatine IV pendant 6 heures le jour 1. Les patients reçoivent aussi du G-CSF IV ou SC 24 heures après la fin de la chimiothérapie et jusqu'à ce que les numérations globulaires soient remontées. Le traitement est répété toutes les 3 semaines pendant 3 cycles en l'absence de progression de la maladie et d'effets toxiques inacceptables.

Dans les deux groupes, les patients dont la maladie est stable ou répond partiellement après le traitement d'induction sont soumis à une chirurgie de révision suivie d'un traitement de consolidation. Les patients présentant une réponse complète après le traitement d'induction passent directement au traitement consolidation.

  • Traitement de consolidation : Au plus tard 6 semaines après la fin du traitement d'induction, les patients reçoivent un traitement de consolidation comportant du carboplatine IV pendant 2 heures et du thiotépa IV pendant 2 heures les jours 1 et 2 et du G-CSF IV ou SC à partir du jour 4 et jusqu'à ce que les numérations globulaires soient remontées. Les patients reçoivent aussi par voie IV des cellules souches périphériques autologues le jour 4. Le traitement est répété toutes les 3 semaines pendant 3 cycles en l'absence de progression de la maladie et d'effets toxiques inacceptables.

Des échantillons de sang et de tissus sont prélevés au moment de l'entrée dans l'étude en vue des études de corrélation, dont le profilage de l'expression génique, l'analyse des marqueurs biologiques (cMyc, ErbB2/ErbB4),l'analyse génomique comparative et l'analyse des mutations.

Les évaluations de la qualité de vie et de l'état neuropsychologique sont effectuées au moment de l'entrée dans l'étude, à la fin du traitement d'induction, puis 1 an, 2 ans et 4 ans après la fin du traitement à l'étude.

Une fois le traitement à l'étude terminé, les patients sont suivis périodiquement.

Voir cet essai sur ClinicalTrials.gov

Intéressé(e) par cet essai?

Imprimez cette page et apportez-la chez votre médecin pour discuter de votre admissibilité à cet essai et des options de traitement. Seul votre médecin peut vous recommander pour un essai clinique.

Ressources

Société canadienne du cancer

Ces ressources sont fournies en partenariat avec Société canadienne du cancer