HBOT Late Radiation Tissue Injury

Titre officiel

Does Hyperbaric Oxygen Therapy (HBOT) Reduce Pain, Improve Depression and Impact on Patients' Quality of Life for Those Suffering From Late Radiation Tissue Injury?

Sommaire:

Contexte : La radiothérapie est un traitement couramment utilisé pour plusieurs malignités. Les effets tardifs des rayonnements sur les tissus sont des complications issues de la radiothérapie qui apparaissent des mois ou des années après le traitement et qui affectent 5 à 15 % de tous les survivants à long terme ayant reçu une dose de radiations. 

L’oxygénothérapie hyperbare est un traitement bien connu de ces maux. La plupart des études qui évaluent l’incidence de l’oxygénothérapie hyperbare sur les effets tardifs des rayonnements sur les tissus s’intéressent principalement à la survie, à la résolution des lésions tissulaires et aux améliorations sur l’échelle LENT-SOMA. Les études de l’effet de l’OHB sur la douleur causée par l’effet tardif des rayonnements sur les tissus sont rares. Krahn et ses collègues ont été les premiers à signaler l’effet analgésique de l’OHB dans trois cas de douleur réfractaire chez des patients en oncologie avec une lésion des tissus mous causée par les radiations. D’autres études ont démontré une amélioration considérable de l’intensité de la douleur chez les patientes avec un cancer du sein et des malignités pelviennes qui suivaient un traitement d’OHB pour les effets tardifs des rayonnements sur les tissus. Chez les patients atteints d’une plexopathie brachiale radio-induite, l’OHB augmentait les seuils de douleur à la chaleur et réduisait le lymphœdème. Aucun changement au niveau de la douleur et de dépression n’a été noté dans une étude de cas prospective de 16 patients avec un cancer gynécologique. Dans un essai sur des patients avec une proctopathie radio-induite, 75 % des patients souffrant de douleurs rectales ont constaté une amélioration, sans toutefois voir complètement disparaître leurs symptômes de douleur.

L’OHB peut produire des effets analgésiques grâce à plusieurs mécanismes. De plus en plus de preuves donnent à penser que l’effet analgésique de l’OHB est lié au métabolisme de l’oxyde nitrique et à la sécrétion d’opioïdes endogène. Qui plus est, l’inhibition du facteur de nécrose tumorale alpha (TNF-α), la production de substance P et la modulation des voies sérotoninergiques n’entraînaient plus la même réaction à la douleur à la suite d’une OHB. Dans les études sur les animaux, l’OHB diminuait l’allodynie et l’hyperalgésie dans différents modèles de douleur neuropathique et de douleur inflammatoire. L’effet antinociceptif durable de l’OHB n’était pas proportionnel à la dose pour les tissus non endommagés.

Dans les études sur les humains, l’OHB réduisait la douleur et l’œdème en plus d’améliorer la fonction chez les patients souffrant d’un syndrome complexe de la douleur locale. Elle améliorait également la cotation des douleurs et l’amplitude du mouvement chez les patients avec une nécrose de la tête fémorale idiopathique. Une réduction de la douleur pelvienne chez les femmes souffrant de cystopathie interstitielle sous-muqueuse a été constatée dans les semaines et les mois suivants le traitement d’OHB. Chez les patients atteints de névralgie du trijumeau idiopathique, l’OHB entraînait une diminution rapide des symptômes et ses effets persistaient 6 mois après le traitement. L’OHB s’est également révélée être un traitement efficace pour les algies vasculaires de la face, les migraines, ainsi que les douleurs musculaires et osseuses chez les patients souffrant de syndrome myofascial, de fibromyalgie et d’ostéonécrose de la mâchoire liée au biphosphonate.

En raison des faits présentés plus haut et de l’effet analgésique connu de l’OHB sur diverses conditions, les chercheurs ont réalisé cette étude dans le but de déterminer si l’OHB réduit la douleur, aide à surmonter la dépression et améliore la qualité de vie des patients qui souffrent des effets tardifs des rayonnements sur les tissus.

Plan d’étude : Étude observationnelle prospective (n=300). Les patients ayant suivi un traitement de radiothérapie pour une malignité ont développé des radiolésions tardives et ont souffert de douleur chronique.

Description de l'essai

Primary Outcome:

  • Pain Intensity (11 point numeric rating scale, Brief Pain Inventory short form )
Secondary Outcome:
  • Pain Disability (pain disability index)
  • Quality of Life Measurement (EORTC QLQ C30)
  • The Patient Global Impression of Change
  • Depression and Anxiety (Hospital Anxiety (HADS-A) and Depression (HADS-D) scale)
  • Pain medications

Voir cet essai sur ClinicalTrials.gov

Intéressé(e) par cet essai?

Imprimez cette page et apportez-la chez votre médecin pour discuter de votre admissibilité à cet essai et des options de traitement. Seul votre médecin peut vous recommander pour un essai clinique.

Ressources

Société canadienne du cancer

Ces ressources sont fournies en partenariat avec Société canadienne du cancer