Comparaison entre l’association maléate de cédiranib et olaparib et la chimiothérapie standard pour le traitement de patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire, d’un cancer des trompes de Fallope ou d’un cancer péritonéal primitif, récidivant et résistant ou réfractaire aux platines

Titre officiel

Étude de phases II et III à répartition aléatoire visant à comparer l’association cédiranib et olaparib au cédiranib ou à l’olaparib en monothérapie ou à la chimiothérapie de référence chez les femmes atteintes d’un cancer de l’ovaire, d’un cancer des trompes de Fallope ou d’un cancer péritonéal primitif, récidivant et résistant ou réfractaire aux platines (COCOS)

Sommaire:

Cette étude à répartition aléatoire de phases II et III vise à examiner l’efficacité du maléate de cédiranib et de l’olaparib, administrés ensemble ou séparément, et à comparer ces traitements à la chimiothérapie standard dans le traitement de patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire, d’un cancer des trompes de Fallope ou d’un cancer péritonéal primitif qui a récidivé après une chimiothérapie à base de platines (résistance aux platines) ou qui a continué de progresser durant une telle chimiothérapie (réfractaire aux platines). Le maléate de cédiranib et l’olaparib peuvent stopper la croissance des cellules tumorales en bloquant les enzymes nécessaires à la croissance cellulaire. Les médicaments utilisés en chimiothérapie agissent de différentes manières pour stopper la croissance des cellules tumorales, soit en tuant les cellules, soit en les empêchant de se diviser ou de se propager. On ignore si l’administration concomitante du maléate de cédiranib et de l’olaparib pourrait être plus efficace contre les cellules cancéreuses que l’un ou l’autre de ces médicaments en monothérapie ou que la chimiothérapie standard.

Description de l'essai

Critères d’évaluation principaux :

  • Survie globale (phase III)
  • Survie sans progression (phase II et phase III)
Critères d’évaluation secondaires :
  • Incidence d’événements indésirables (phase II et phase III)
  • Taux de réponse objective (réponse partielle ou complète) selon les critères RECIST (Response Evaluation Criteria in Solid Tumours), version 1.1 (phase II et phase III)
OBJECTIFS PRINCIPAUX :
  • Évaluer l’efficacité de l’association maléate de cédiranib (cédiranib) et olaparib, du cédiranib en monothérapie, de l’olaparib en monothérapie et de la chimiothérapie de référence choisie par le médecin en fonction de la survie sans progression (SSP) dans le traitement d’un cancer de l’ovaire, d’un cancer péritonéal primitif ou d’un cancer des trompes de Fallope, récidivant et résistant ou réfractaire aux platines, et déterminer le ou les groupes actifs de traitement. (Phase II)
  • Évaluer l’efficacité de l’association cédiranib et olaparib et des monothérapies actives d’après le ou les groupes expérimentaux de la phase II à répartition aléatoire, et la comparer à celle de la chimiothérapie de référence choisie par le médecin, d’après la survie globale (SG) et la SSP chez les femmes atteintes d’un cancer de l’ovaire, d’un cancer péritonéal primitif ou d’un cancer des trompes de Fallope, récidivant et résistant ou réfractaire aux platines. (Phase III)

OBJECTIFS SECONDAIRES :
  • Évaluer l’efficacité de l’association cédiranib et olaparib, du cédiranib en monothérapie, de l’olaparib en monothérapie et de la chimiothérapie de référence choisie par le médecin, en fonction du taux de réponse objective (TRO – réponse partielle ou complète) basé sur les critères RECIST, dans le traitement d’un cancer de l’ovaire, d’un cancer péritonéal primitif ou d’un cancer des trompes de Fallope, récidivant et résistant ou réfractaire aux platines, et déterminer le ou les groupes actifs de traitement. (Phase II)
  • Évaluer les critères d’innocuité en fonction de la fréquence et de la gravité des événements indésirables, conformément aux critères CTCAE (Common Terminology Criteria for Adverse Events), version 4.0. (Phase II et phase III)
  • Évaluer l’efficacité de l’association cédiranib et olaparib et des monothérapies actives d’après le ou les groupes expérimentaux de la phase II à répartition aléatoire, en fonction du TRO, et la comparer à celle de la chimiothérapie de référence choisie par le médecin, pour le traitement d’un cancer de l’ovaire, d’un cancer péritonéal primitif ou d’un cancer des trompes de Fallope, récidivant et résistant ou réfractaire aux platines. (Phase III)
OBJECTIFS TERTIAIRES :
  • Évaluer la corrélation entre le déficit de recombinaison homologue, selon le test BROCA-HR, et la réponse, en fonction de la SSP et du TRO. (Phase II)
  • Évaluer le rôle pronostique et prédictif des cellules endothéliales circulantes (CEC) relativement à l’efficacité comparative des traitements ciblés et de la chimiothérapie de référence. (Phase II)
  • Évaluer les données sur la qualité de vie mesurée à l’aide de la sous-échelle à 9 points sur les symptômes reliés à la maladie (DRS-9) de l’évaluation fonctionnelle des symptômes ovariens liés au traitement anticancéreux (Functional Assessment of Cancer Therapy – Ovarian Symptom Index [NFOSI]) du National Comprehensive Cancer Network (NCCN), en vue de les utiliser et de les analyser durant la phase III. (Phase II)
  • Évaluer les biomarqueurs exploratoires pouvant indiquer un déficit de recombinaison homologue (DRH), notamment la cicatrisation génomique, la méthylation de BRCA1, l’expression de la protéine BRCA1 et les mutations dans la ligature d’extrémités non homologues (NHEJ) et dans d’autres gènes susceptibles de modifier le déficit de recombinaison homologue. (Phase II et Phase III)
  • Évaluer le rôle pronostique et prédictif de biomarqueurs angiogéniques, d’après l’angiome plasmatique de Duke. (Phase II et phase III)
  • Évaluer la corrélation entre le déficit de recombinaison homologue, selon le test BROCA-HR, et la réponse, d’après la SG, la SSP et la TRO. (Phase III)
  • Évaluer le rôle pronostique et prédictif des cellules endothéliales circulantes (CEC) relativement à l’efficacité comparative des traitements ciblés et de la chimiothérapie de référence. (Phase III)
  • Évaluer les effets sur les symptômes liés à la maladie (DRS), selon la sous-échelle à 9 points de l’évaluation fonctionnelle des symptômes ovariens liés au traitement anticancéreux (NCCN-FACT-NFOSI-18), de l’olaparib ou du cédiranib en association ou en monothérapie, par rapport à ceux de la chimiothérapie standard, pour le traitement d’un cancer de l’ovaire, d’un cancer péritonéal primitif ou d’un cancer des trompes de Fallope, récidivant et résistant ou réfractaire aux platines. (Phase III)
  • Évaluer les effets sur des mesures secondaires de la qualité de vie, selon les sous-échelles sur les effets secondaires du traitement (TSE) et sur la fonction et le bien-être (F/WB) de la NFOSI-18, la neuropathie sensorielle mesurée par l’indice FACT/GOG-Ntx-4 et l’utilité liée à la santé mesurée par le questionnaire EQ-5D, de l’olaparib ou du cédiranib en association ou en monothérapie, comparativement à ceux de la chimiothérapie standard, pour le traitement d’un cancer de l’ovaire, d’un cancer péritonéal primitif ou d’un cancer des trompes de Fallope, récidivant et résistant ou réfractaire aux platines. (Phase III)
APERÇU :

PHASE II : Les patientes seront réparties de façon aléatoire entre l’un des quatre groupes de traitement suivants.

GROUPE I (TRAITEMENT DE RÉFÉRENCE) : Les patientes reçoivent la chimiothérapie de référence choisie par le médecin, qui consiste en l’administration de paclitaxel par voie intraveineuse (i.v.) les jours 1, 8, 15 et 22 tous les 28 jours (schéma I); de chlorhydrate de doxorubicine liposomale pégylée i.v. le jour 1 de chaque cycle de 28 jours (schéma II); ou de chlorhydrate de topotécan i.v. les jours 1, 8 et 15 tous les 28 jours ou les jours 1 à 5 tous les 21 jours (schéma III). Le traitement se poursuit en l’absence de progression de la maladie ou de toxicité inacceptable.

GROUPE II (MALÉATE DE CÉDIRANIB ET OLAPARIB) : Les patientes reçoivent le maléate de cédiranib et l’olaparib par voie orale, selon les résultats de l’étude de phase I en cours. Le traitement est répété tous les 28 jours en l’absence de progression de la maladie ou de toxicité inacceptable.

GROUPE III (CÉDIRANIB) : Les patientes reçoivent le maléate de cédiranib par voie orale tous les jours, de façon continue. Le traitement est répété tous les 28 jours en l’absence de progression de la maladie ou de toxicité inacceptable.

GROUPE IV (OLAPARIB) : Les patientes prennent l’olaparib par voie orale deux fois par jour, les jours 1 à 28. Le traitement est répété tous les 28 jours en l’absence de progression de la maladie ou de toxicité inacceptable.

PHASE III : Les patientes seront réparties de façon aléatoire entre l’un des trois groupes de traitement suivants.

GROUPE I (TRAITEMENT DE RÉFÉRENCE) : Les patientes reçoivent la chimiothérapie de référence choisie par le médecin, comme le groupe I de la phase I.

GROUPE II (CÉDIRANIB ET OLAPARIB) : Les patientes reçoivent le maléate de cédiranib et l’olaparib par voie orale, comme le groupe II de la phase II.

GROUPE III (MONOTHÉRAPIE) : Les patientes reçoivent le maléate de cédiranib ou l’olaparib par voie orale, selon les résultats de l’étude de phase II. Le traitement est répété tous les 28 jours en l’absence de progression de la maladie ou de toxicité inacceptable. À la fin du traitement à l’étude, les patientes sont suivies tous les 3 mois pendant 2 ans, puis tous les 6 mois pendant jusqu’à 3 ans.

Voir cet essai sur ClinicalTrials.gov

Intéressé(e) par cet essai?

Imprimez cette page et apportez-la chez votre médecin pour discuter de votre admissibilité à cet essai et des options de traitement. Seul votre médecin peut vous recommander pour un essai clinique.

Ressources

Société canadienne du cancer

Ces ressources sont fournies en partenariat avec Société canadienne du cancer