Administration de cisplatine plus radiothérapie par rapport (p/r) à administration de durvalumab plus radiothérapie suivie de durvalumab p/r à administration de durvalumab plus radiothérapie suivie de trémélimumab et durvalumab dans le cadre du traitement du carcinome épidermoïde oropharyngé positif pour le virus du papillome humain (VPH) à risque intermédiaire

Titre officiel

Étude de phase II à répartition aléatoire portant sur l’administration de cisplatine combinée à la radiothérapie p/r à l’administration de durvalumab combinée à la radiothérapie suivie d’un traitement adjuvant par durvalumab p/r à l’administration de durvalumab combinée à la radiothérapie suivie d’un traitement adjuvant par trémélimumab et durvalumab dans le cadre du traitement du carcinome épidermoïde oropharyngé avancé locorégional positif pour le VPH à risque intermédiaire

Sommaire:

Parfois, les patients atteints de cancer reçoivent un traitement initial suivi d’un traitement additionnel afin de réduire les risques de récidive du cancer. Le traitement standard ou habituel de ce type de maladie consiste tout d’abord en une radiothérapie administrée en même temps qu’une chimiothérapie (avec un médicament appelé cisplatine), sans traitement additionnel par la suite.

Description de l'essai

Critère d’évaluation principal :

  • Survie sans événement (SSE) à 3 ans

Critères d’évaluation secondaires :

  • Indice FACT-HN (Functional Assessment of Cancer Therapy-Head and Neck Version, évaluation fonctionnelle du traitement anticancéreux-tête et cou).
  • Échec local-régional
  • Survie sans métastase distante
  • Survie globale

Cette étude vise à déterminer si un type de médicament appelé durvalumab peut être administré en association avec la radiothérapie pendant le traitement initial (au lieu du cisplatine) et également par la suite comme traitement additionnel. Le durvalumab est une molécule d’immunothérapie. Il a été testé dans de nombreux types de cancer différents. Le mécanisme d’action du durvalumab est le suivant : il permet au système immunitaire de détecter le cancer et de réactiver la réponse immunitaire. Cela peut contribuer à ralentir la croissance du cancer ou à tuer les cellules cancéreuses. D’après des études réalisées sur des animaux, le durvalumab a contribué à réduire la taille des tumeurs. Il a été étudié chez plus de 5 000 personnes; son utilisation a été approuvée dans le traitement d’autres cancers et il semble prometteur. 
 Cet essai clinique visera également à évaluer un autre type de médicament d’immunothérapie appelé trémélimumab, qui serait également administré comme traitement additionnel. Le mécanisme d’action du trémélimumab pour améliorer la réponse du système immunitaire contre les cellules cancéreuses diffère de celui du durvalumab, médicament dont il peut d’ailleurs améliorer l’effet. Le trémélimumab peut également contribuer à ralentir la croissance des cellules cancéreuses ou à les tuer. D’après des études réalisées sur des animaux, il a contribué à réduire la taille des tumeurs. Le trémélimumab a été étudié chez plus de 1 200 personnes; son utilisation a été approuvée dans le traitement d’autres cancers et il semble prometteur.

Voir cet essai sur ClinicalTrials.gov

Intéressé(e) par cet essai?

Imprimez cette page et apportez-la chez votre médecin pour discuter de votre admissibilité à cet essai et des options de traitement. Seul votre médecin peut vous recommander pour un essai clinique.

Ressources

Société canadienne du cancer

Ces ressources sont fournies en partenariat avec Société canadienne du cancer